Artisan-émancipateur depuis 1984

Cours, stage, spectacles, culture ...
Toutes nos activités sont ici

 
Bienvenue sur le site de
l'Atelier du Possible
Compagnie de théâtre
Cours de théâtre

Sur Grenoble


L'Atelier du Possible
Une histoire continue

Introduction

Crée en 1981 par cinq jeunes comédien(nes) sorti(e)s du Conservatoire, elle a d’abord regroupé un collectif de six associations de jeunesses grenobloise jusqu’en 1983. Basée à Grenoble depuis 1983 en plein centre ville la compagnie se présente au service de la culture pour tous depuis sa création. D’abord nommée Les Comédiens du possible, elle change de nom en 2006 pour l’Atelier du Possible - Grenoble.

    Connaissant plusieurs phases, depuis une dizaine d’années la compagnie a évolué et ne cherche plus à fonctionner sur le mode classique de la mise en scène d’une pièce afin de la monter du début à la fin puis de la jouer le plus possible dans des salles mais de créer des spectacles avec du sens.

    Et ce quelque soit le nombre de personnes que cela attire. La compagnie cherche aussi à s’ouvrir au monde et à ne pas rester fixée uniquement sur la région grenobloise. Des tournées en Bulgarie et surtout en Afrique ont eu lieu. De ces voyages en Afrique, l’Atelier a beaucoup appris et est en relation depuis plus d’une quinzaine d’années avec des artistes béninois, afin de produire un partenariat entre les deux pays et réaliser des travaux en communs.

    Comprendre les évolutions de l’Atelier requiert aussi d’étudier l’historique de l’association afin de mieux visualiser les influences et idées qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui.

 

La démarche

    Au tournant des années 1993/1994, s’est instauré l’idée d’une compagnie internationale. Pas une compagnie internationale au sens de se représenter partout dans le monde et dans les plus grandes salles mais dans le sens de s’ouvrir à d’autres formes et genres. De découvrir d’autres cultures en sortant de Grenoble et de la France, toujours dans l’idée de se nourrir et de remettre en cause nos conforts de création.

    Russie, Bulgarie, après un passage vers l’est, les valises de l’Atelier se pose au Bénin avec la compagnie Diwe, troupe rurale de l’Atakora

Dans un premier temps un hommage aux femmes : ‘‘La vie de Philomène’’, joué en France et au Bénin.

    Après cette pièce, durant la saison 2010/2011,  un nouveau spectacle : ‘‘Wounoh Pchetro’’ qui est un ensemble de contes africains de tradition orale et un nouveau projet voit le jour : « Obo Kou Pouakou »,  (celui qui est parti loin).

    En 2016 Une tournée de la pièce ‘‘La bicyclette’’, qui est une co-production avec la compagnie Coco théatre de Cotonou a eu lieu au Bénin. Et depuis les voyages n’ont pas cesser pour poursuivre cette relation entre les deux pays et nos deux compagnies.

    La compagnie et désormais engagée dans le prochain projet : ‘‘Le supermarket et ours blanc’’, fable très comique sur le problème climatique.

L’Atelier Du Possible et l’Afrique

    La compagnie part du principe que les comédiens apprendront toute leur vie sûr le théâtre. Il s’agit d’un axe fondamental de la structure de l’association dans son fonctionnement. Si la compagnie est bien fixé sur Grenoble, l’esprit lui reste nomade dans un axe de recherche et de formation.

    C’est dans les années 1993/1994 que l’Atelier va connaître un cycle d’évolution qui va faire que l’Atelier sera ce qu’il est aujourd’hui.

    A la sortie du conservatoire, Laurence a rencontré un enseignant élève de l’Actor Studio, E.Luti qui a fondé une école sur Paris dont la formation dure 3 ans ; toute l’équipe part s’y former.

    Fort de ses apprentissages au conservatoire et de l’Actor Studio ainsi que de l’expérience acquise au bout de 10 ans, les gens de l’Atelier ont acquis une maturité de travail qui leur font aspirer à un autre mode de fonctionnement, le but étant d’ouvrir au maximum le champs de la recherche : musique, chants, formes d’art théâtral, art graphique et visuel.

    En 1994, Laurence découvre « Le Diable c’est l’ennui », un ouvrage de Peter Brook sur le théâtre.  Là, la compagnie découvre qu’il leur faut éviter le théâtre strictement formel, et que la recherche du non conformisme doit primer. Peter Brook est à Paris et donne des formations que la troupe s’empresse de suivre.

    Alors qu’on pourrait séparer les différentes écoles théâtrale, l’Atelier du Possible lui se lance dans un travail de conciliation de ces écoles afin de montrer que les genres n’ont pas à s’opposer mais bien qu’on peut en tirer des choses en commun. Il ne s’agit pas de jouer les différentes méthodes en même temps mais de les appliquer au cours d’une pièce, tantôt d’une manière pour le jeu scénique et tantôt d’une autre pour se rapprocher du public et l’intégrer au spectacle, brisant la distance que pouvait amener une méthode unique et inversement.

    Nous avons vu la méthode Strasberg de l’Actor Studio et celle de Peter Brook. Laurence Rémy reste grandement influencé et admirative de celle de Stanislavski.

    La maturité de travail acquise, l’idée de formation continue à vie, différentes influences étudiées et intégrées et la volonté de créer des spectacles ayant du sens vont permettre d’orienter l’Atelier du Possible vers un nouveau cycle de travail et de représentation.

    Depuis une dizaine d’année, l’équipe intègre un training d’art martiaux (Aïkido) dans les atelier et les formations internes.

Les compagnies Diwe et Atelier du Possible
 
 



Créer un site
Créer un site